Accueil Développement durable Pays-Bas : inauguration de la première piste cyclable construite en plastique recyclé

Pays-Bas : inauguration de la première piste cyclable construite en plastique recyclé

1671
PARTAGER
Une route faite à base de plastique aux Pays-Bas - Crédits photo : VivreDemain

Parmi les nations les plus en avance en termes de respect de l’environnement ou de développement durable, les Pays-Bas ne sont pas seulement ce pays où les trains roulent 100 % avec de l’énergie verte. Ni même ce pays où des chaussures sont fabriquées à partir de chewing-gums recyclés. Désormais on y construit également des pistes cyclables à partir de plastique reconditionné. La première du genre a été inaugurée récemment.

Une route à 70 % faite de plastique aux Pays-Bas

La problématique du devenir des déchets plastiques dans notre environnement semble être désormais prise au sérieux par nos gouvernants et entreprises. Du moins ceux de nations voisines, en attendant que la France se réveille.

Au lieu de laisser ces déchets polluer notre environnement, ceux-ci sont transformés au pays de Galles en bancs publics, et dernièrement en pistes cyclables comme ce fut le cas aux Pays-Bas. Cette prouesse a été rendue possible grâce aux travaux de PlasticRoad, une start-up réfléchissant à des moyens de se servir du trop-plein de plastique sur notre planète pour construire des pistes cyclables.

La route récemment inaugurée aux Pays-Bas n’est certes pas la première du genre au monde, elle revêt cependant la particularité d’être la première route faite à 70 % de plastique recyclé.

Cette route se dresse à Zwolle, dans la province d’Overijssel. Longue de 30 mètres, elle a nécessité un travail de titan pour être construite.

Des centaines de milliers de gobelets et capuchons

Pour la construction de la piste de Zwolle, PlasticRoad s’est servi de 218 000 gobelets en plastique et 500 000 capuchons de bouteilles. Ces derniers ont été fondus puis transformés en granulés de plastique, réutilisé afin de « couler » des blocs encastrables. Ce sont ces blocs qui ont servi à la confection de la route finale.

Outre le fait de participer à l’effort général de réduction des proportions de plastiques polluant notre écosystème, cette route pave le chemin d’un renouveau pour l’ingénierie de conception des infrastructures routières.