Accueil Biodiversité L’Union européenne interdit enfin la pêche en eaux profondes au-delà de 800...

L’Union européenne interdit enfin la pêche en eaux profondes au-delà de 800 mètres

189
PARTAGER
Chalutage en eaux profondes interdit

Après des années de négociations, l’Union européenne a annoncé le 30 juin l’interdiction de pêcher en eaux profondes à plus de 800 mètres de profondeur.

Jeudi 30 juin, les élus européens ont adopté un projet visant à interdire le chalutage en eaux profondes. Ce dernier est très destructeur pour les fonds marins, mais farouchement défendu par les industriels de la pêche alors que cette méthode ne représente qu’une minuscule part pour l’économie.

Cet accord trouvé après des années de procédures législatives s’inscrit dans un nouveau plan de protection des fonds marins européens. Il prévoit donc notamment l’interdiction du chalutage au-dessous de 800 mètres de profondeur et la fermeture de zones abritant des écosystèmes marins vulnérables, comme les coraux.

À lire aussi : 35 faits sur la pêche qui vont vous passer l’envie de manger du poisson

Un impact économique nul pour un impact écologique désastreux

En juillet 2012, la Commission européenne soulignait que la pêche en eaux profondes ne représente qu’environ 1% des débarquements de l’Atlantique Nord, mais elle constitue “le plus grand risque de destruction des écosystèmes marins vulnérables et irremplaçables”.

Filets d'un chalutier qui pêche en eaux profondes

Crédit photo: Pixabay – 2554813

Les fonds marins où vivent coraux et éponges sont “raclés” par les filets géants qui remontent tout ce qui s’y est pris et le tri se fait ensuite à bord des navires. Ce type de pêche a lieu essentiellement au large de l’Ecosse et de l’Irlande. Comme l’explique Libération, “les espèces qui n’ont pas d’intérêt commercial (20% à 40% des captures) sont ainsi rejetées mortes à la mer, comme les requins menacés d’extinction”. Tandis que les poissons vivants dans les profondeurs, très vulnérables du fait de leur lente croissance, sont voués à l’extinction eux-aussi.

La France, l’Espagne et le Portugal remontent à eux seuls 90% des prises en eaux profondes en Europe.

Une interdiction acquise grâce aux citoyens

En 2013, la pétition de l’ONG BLOOM, un organisme de conservation marine, avait recueilli près de 900.000 signatures pour alerter le grand public sur le danger que représente cette pratique de pêche sur les écosystèmes marins.

Cette campagne avait été relayée par la dessinatrice Pénélope Bagieu, qui expliquait très bien le principe de cette pêche et ses conséquences désastreuses, grâce à un dessin simple.

Pêche en eaux profondes, Pénélope Bagieu

“C’est un succès franc aux conséquences nettes: cela signifie que la déforestation sous-marine qui a lieu aujourd’hui sans aucune contrainte légale jusqu’à 2000 mètres de profondeur cessera à jamais”, a déclaré la fondatrice de BLOOM Claire Nouvian.

Dans un communiqué, la WWF parle d’une “victoire rendue possible grâce à une très forte mobilisation de l’opinion publique française.” L’organisation mondiale de protection de la nature ajoute que “cette mobilisation a permis de rendre visible ce qui se passe dans les profondeurs: personne ne pourrait défendre un tel massacre s’il avait lieu en surface à la vue de tous.”

Crédit photo principale : Pixabay – christijamin