Accueil Santé Mondiale Les effets durables de l’alcool et des drogues sur l’organisme

Les effets durables de l’alcool et des drogues sur l’organisme

588
PARTAGER
Drogues, Substances illégales

Lorsque vous consommez de l’alcool ou des drogues, il est possible de trouver leurs traces dans votre organisme longtemps après leur consommation.

Un petit verre d’alcool pour faire la fête, des médicaments pour moins ressentir la douleur, de la drogue pour faire des expériences… souvent on ne pense pas aux réels dangers de ces substances avant de les consommer. La plupart illégaux, ces produits nuisent à la santé, que ce soit sur le plan psychique (cerveau), psychologique (humeur) ou physique (corps) car ils apportent une forte dépendance.

Même si les effets de la drogue s’estompent après quelques heures, et que les sensations disparaissent, il n’en est pas toujours ainsi pour votre organisme: des traces sont toujours présentes notamment dans l’urine, le sang ou les cheveux. En effectuant des examens, il est donc possible de savoir si vous avez consommé des substances hallucinogènes par exemple, même quelques mois après l’avoir fait.

À lire aussi :
– Les trois drogues les plus mortelles aux Etats-Unis sont légales
– Tabac, alcool, drogues: la consommation des jeunes par région

Tableau comparatif entre toutes les drogues

Ce tableau met en évidence le temps que chaque substance met pour quitter les parties de votre organisme. Ainsi on constate qu’il existe des variations entre l’alcool et l’ecstasy par exemple et que c’est dans les cheveux que les particules restent le plus longtemps.

Tableau, Présence drogues

Les dépresseurs

– Alcool : Une boisson alcoolisée est produite par fermentation, macération ou distillation. La consommation d’alcool présente de nombreux risques pour la santé, il existe donc une réglementation concernant la production et la vente de cette substance (interdite aux moins de 18 ou 21 ans selon les pays).

– Cannabis : Le cannabis est une substance naturelle puisqu’il s’agit de plantes que l’on retrouve en Asie. Cependant, elle est considérée comme une drogue douce, car une dépendance psychique peut se mettre en place et que des effets néfastes sur le métabolisme ont été observés. Le cannabis reste présent dans vos cheveux un mois et demi !

– Barbituriques : Les barbituriques appartiennent à une famille médicamenteuse agissant comme dépresseurs du système nerveux central, et dont le spectre d’activité s’étend de l’effet sédatif à l’anesthésie. Ils sont de moins en moins utilisés car ils sont néfastes et certaines personnes ont abusé de cette substance.

Les stimulants

– Amphétamines : Dans la plupart des pays du monde, l’amphétamine est considérée comme un stupéfiant. Son usage est interdit, il concerne l’augmentation des performances en sport et la résistance à la fatigue.

– Cocaïne : La cocaïne est un puissant stimulant du système nerveux. Extraite de la feuille de coca, sa consommation est addictive. Elle se présente le plus souvent sous la forme d’une poudre blanche et floconneuse, plus rarement sous forme de cristaux. Celle qui alimente le trafic de drogue n’est pas pure: elle est coupée avec des médicaments ou pesticides plus ou moins dangereux. Les effets ressentis sont multiples, comme une forte euphorie, une indifférence à la douleur ou à la faim, une forme de paranoïa…

– Methamphétamine : La méthamphétamine est une drogue de synthèse psycho-stimulante hautement addictive. Elle provoque une euphorie et une forte stimulation mentale. Elle est présentée sous forme de cachets colorés et sucrés et contient de nombreux effets secondaires (agitation, perte de poids, hallucinations, déshydratation, comportements violents…).

Les analgésiques

– Héroïne : L’héroïne est une substance contrôlée au niveau international. L’injection présente des risques accrus de surdose ou d’infections locales ou systémiques graves. Au fur et à mesure qu’elle est consommée ces effets sont néfastes: au début c’est l’extase, l’euphorie, ensuite, ce sont divers troubles, des démangeaisons, des insomnies… jusqu’à entraîner la mort dans le pire des cas.

– Morphine : Elle est utilisée comme médicament contre la douleur, elle présente une forte dépendance physique car elle permet de diminuer la douleur. Elle ne peut être délivrée que dans le cadre d’un traitement (sur ordonnance) ou dans des lieux adaptés (hôpitaux).

Les hallucinogènes

– Ecstasy : Les ecstasy ou MDMA sont des drogues illégales dans tous les pays. La MDMA agit comme un stimulant et provoque des hallucinations, des distorsions du champ visuel. Cela augmente le rythme cardiaque et modifie les neurotransmetteurs dans le cerveau.

– LSD : Le LSD est la substance connue pour être la plus puissante des hallucinogènes: 25 micro grammes suffisent à entraîner des effets psychotropes qui durent entre 5 et 12 heures. Il est possible de faire un “flash-back”, c’est à dire que les effets du produit réapparaissent quelques jours ou quelques mois après la consommation.

On espère que vous le savez déjà: la drogue, c’est pas bien !

Crédit photo principale : Torange