Accueil Biodiversité Il n’y a plus que trois rhinocéros blancs du Nord sur Terre

Il n’y a plus que trois rhinocéros blancs du Nord sur Terre

238
PARTAGER
Nola, rhinoceros blanc du Nord, mort

Après la mort de Nola, un rhinocéros blanc du Nord femelle, on ne compte plus que trois rhinos de cette espèce au monde, dont un seul mâle.

Petit à petit, le monde se rapproche doucement mais sûrement de l’extinction du rhinocéros blanc du Nord, après la mort de Nola, une femelle de 41 ans qui vivait au Safari Park de San Diego depuis 1989. Nola a été euthanasiée en raison de problèmes de santé, et sa mort ne laisse seulement trois rhinocéros blancs du Nord (Ceratotherium simum cottoni) sur Terre, tous vivants à l’Ol Pejeta Conservancy au Kenya.

Nola avait subi récemment une intervention chirurgicale pour vider un abcès infecté sur son pelvis, et alors que l’opération avait été un succès, elle avait arrêté de manger et ses niveaux d’énergie avaient chuté au cours des deux derniers jours. Le zoo de San Diego a annoncé sa mort un peu plus tôt aujourd’hui dans un post Facebook, et a demandé aux gens de partager leurs souvenirs d’elle sur le hashtag #Nola4Ever.

It is with heavy hearts that we announce the death of Nola, a critically endangered northern white rhino who lived at…

Posté par San Diego Zoo sur dimanche 22 novembre 2015

Cela signifie qu’il n’y a désormais plus que trois rhinocéros blancs du Nord au monde. Le dernier mâle restant, appelé Sudan, est protégé par des gardes armés 24h sur 24 et 7 jours sur 7 au Kenya, et sa corne lui a été retirée pour dissuader les braconniers de le cibler particulièrement.

Malheureusement, les deux femelles restantes sont infertiles, ce qui rend les perspectives de survie de l’espèce assez difficiles. Mais le zoo de San Diego a récemment offert 2 millions de dollars pour éviter son extinction.

Cela implique le séquençage du génome de l’espèce pour trouver des indices pour sa survie dans son code génétique, et les chercheurs vont également essayer d’utiliser la fécondation in vitro pour produire des descendants en utilisant la quantité limitée de sperme disponible en provenance de Sudan.

Ils vont utiliser ce sperme dans le but de fertiliser les ovules conservés prélevés des rhinocéros blancs du Nord femelles qui nous ont quittées, dont Nabiré décédée au mois de juillet de cette année. Si la fécondation est réussie, ils vont transplanter l’embryon dans un rhinocéros blanc du Sud, lesquels sont étroitement liés, dans l’espoir de faire naître un bébé.

Le rhinocéros blanc du Nord a été poussé vers l’extinction en raison de la disparition de son habitat naturel et du braconnage au cours des deux dernières décennies. Les chercheurs espèrent également empêcher que la même chose se produise pour le rhinocéros noir en utilisant la surveillance par drones, les caméras espion, et les alarmes pour aider à protéger les rhinocéros ainsi que leurs cornes.

Crédit photo principale : Wikimedia – Jeff Keeton