Accueil Recyclage Il marche d’Aix-en-Provence à Paris en ramassant les détritus

Il marche d’Aix-en-Provence à Paris en ramassant les détritus

182
PARTAGER
Hervé Pighiera, Marche pour l'environnement

Une marche pour l’environnement: Hervé Pighiera, un militant écolo français, a marché 1000 kilomètres pendant 57 jours pour ramasser les détritus qui se trouvaient au bord des routes. Son but ? Participer à sa façon au combat climatique. Il présentera son expérience au cours de la COP21, qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Parti du petit village de Puyricard, au nord d’Aix-en-Provence pour rejoindre Paris et la Tour Eiffel, ce militant écolo a ainsi parcouru 1000 kilomètres, le long desquels il a ramassé quelque 37.000 déchets. Pour l’accompagner dans son périple de 57 jours, sa poubelle à roulettes, qui lui a permis de collecter les nombreux déchets, mais aussi sa compagne, qui l’aide à trier, répertorier, et peser chaque détritus qu’il a collecté en chemin.

Mais d’où cette idée lui est venue ? Comme il l’écrit sur son blog, il est parti voyager “pendant de nombreux mois en Amérique du Sud, principalement au Pérou, en Equateur et en Bolivie. Nous y sommes allés pour découvrir la beauté des Andes, les mystères de la forêt amazonienne et voir enfin tous ces espaces naturels, immenses, vierges et magnifiques comme ils ont toujours été dépeints dans les dessins animés et les documentaires animaliers ou géographiques de notre enfance. […] Ce que nous avons vu là-bas n’est pas ce à quoi nous nous attendions. Nous avons simplement été confronté à la réalité et avons ressenti ce que tous nos enfants vivront, en partant à la découverte du monde, dans l’espoir de voir les merveilles de la nature. Ce qu’ils découvriront c’est la Terre que nous leur laissons, une planète sale, polluée, où la consommation de masse prend le dessus sur notre rapport à la nature, et pourrit toutes les belles images que nous aimerions garder en tête.”

Hervé Pighiera, Marche pour l'environnement

Crédit photo: Une marche pour l’environnement

Il s’est alors demandé ce qu’il en était en France. Il a choisi de marcher pour avoir le temps d’observer, de voir ce que l’on ne voit pas avec la vitesse. Au bord des routes, à une vitesse d’environ 15 à 20 km par jour, il a pu récolter 800 kg de déchets. Lola Orsoni, sa compagne, indique que “sur 140 litres récoltés par sac poubelle, nous recensions en moyenne 100 litres de déchets non-recyclables. Nous les pesions et notions le nom des principales marques avant de les jeter. Parmi celles-ci, on retrouvait très souvent McDonald’s, Coca-Cola, Marlboro et Heineken. Au total, nous avons collecté 37 000 déchets, du pneu au mégot de cigarette.”

Hervé Pighiera, Marche pour l'environnement

Crédit photo: Une marche pour l’environnement