Accueil Santé Mondiale Procès Roundup : la firme Monsanto condamnée à verser 289 millions de dollars...

Procès Roundup : la firme Monsanto condamnée à verser 289 millions de dollars à Dewayne Johnson

427
PARTAGER
monsanto
Crédit photo : Skeeze - Pixabay

C’est un jugement historique qui a été rendu vendredi 10 août 2018, au tribunal de San Francisco. Pour la première fois, Monsanto perd un procès et est condamné à verser plusieurs millions de dollars à une victime du glyphosate.

Dewayne Johnson contre Monsanto, David contre Goliath

Dewayne Johnson est un jardinier atteint d’un cancer en phase terminale. Il a attaqué Monsanto en justice après avoir découvert que le glyphosate, composant principal du Roundup, avait contribué au développement de sa maladie.

BFMTV présente Dewayne Johnson :

Dans leur décision, les jurés ont estimé que Monsanto a agi avec « malveillance ». Mais aussi que le Roundup (ainsi que son équivalent professionnel RangerPro) a « considérablement » contribué au développement de la maladie de Dewayne Johnson. Ce dernier estimait que Monsanto avait volontairement caché la dangerosité de son produit, ce qui l’a conduit à une mort certaine. En effet, le plaignant n’a plus que quelques mois à vivre. Cette victoire en justice va alors permettre à sa famille de subvenir à ses besoins même après son décès.

Un effet boule de neige à prévoir ?

Monsanto a été condamné à verser 289 millions de dollars de dommages et intérêts à la victime. La firme a d’ores et déjà annoncé son intention de faire appel de la décision. Mais ce procès est historique, puisqu’il constitue la première défaite en justice du géant. Dans le monde, des milliers de personnes également malades ont l’intention de lancer une procédure contre Monsanto. Cette victoire de David contre Goliath redonne espoir aux victimes du glyphosate.

monsanto
Logo Monsanto – Crédit photo : Wikimedia Commons

Mais, pour Monsanto, cette défaite annonce une série sans fin de procédures judiciaires. Si la plainte de Dewayne Johnson est la première à conduire le géant devant les tribunaux, c’est avant tout parce que la loi de l’État de Californie oblige la justice à mener le procès avant le décès du plaignant. Aux États-Unis, des milliers de procédures sont déjà en cours. Et le verdict de vendredi va engendrer de nouvelles affaires.