Accueil Développement durable Voilà comment le Brésil sauve la forêt tropicale en fabriquant 9 millions...

Voilà comment le Brésil sauve la forêt tropicale en fabriquant 9 millions de préservatifs pour les Jeux olympiques

190
PARTAGER
Natex, préservatifs, Brésil

Une usine installée au cœur de l’Amazonie brésilienne produit des préservatifs pour le compte du gouvernement. Par son activité, elle lutte aussi contre la déforestation.

Le Brésil va distribuer 9 millions de préservatifs gratuits dans Rio de Janeiro et ses environs à l’occasion de la tenue des Jeux olympiques. Mais le pays ne fait pas seulement ça pour sauver les gens d’une grossesse ou d’une MST non désirées. Il le fait aussi pour sauver la forêt tropicale.

Comme le rapporte Reuters, les préservatifs sont produits dans la “fabrique de l’amour” Natex, située dans les profondeurs de la forêt tropicale de l’État amazonien d’Acre, près de la frontière bolivienne dans l’ouest du pays. Les préservatifs, produits de manière durable, sont fabriqués à partir d’hévéas, des arbres sauvages d’Amazone dont on extrait le latex qui est utilisé pour être transformé en caoutchouc. 100 millions de préservatifs sont fabriqués chaque année par cette usine.

Voici comment ils sont faits, et comment l’usine aide à protéger la forêt tropicale de la déforestation.

L’hévéa comme matière première naturelle

L’hévéa est donc au cœur de ce “business écolo”. Le latex laiteux qui peut être extrait de cet arbre pouvant mesurer jusqu’à 30 mètres de haut est l’ingrédient clé nécessaire pour faire du caoutchouc naturel.

Ces arbres sauvages sont exploités par la population locale employée par le gouvernement dans le cadre d’un programme destiné à protéger la forêt tropicale ainsi que leur mode de vie traditionnel. Dans la photo ci-dessous, on peut voir à quoi ressemble un arbre en caoutchouc lorsqu’il est taraudé.

Natex, préservatifs, Brésil

Crédit photo: Flickr – Agência de Notícias do Acre

Chico Mendes, le seringueiro à qui l’on doit tout

Les hévéas sont exploités dans la Réserve d’extraction Chico Mendes. Elle porte le nom du célèbre leader militant syndicaliste brésilien qui a défendu les droits des seringueiros, ces ouvriers chargés de recueillir le latex dans les plantations d’hévéa d’Amazonie. Il a été assassiné en 1988 pour ses idéaux contre l’exploitation forestière et la déforestation sur ordre d’un riche propriétaire de terres. Les seringueiros sont des acteurs majeurs dans la lutte contre la déforestation, et l’usine de préservatifs est un moyen pour eux de défendre la forêt et de gagner leur vie, même s’ils risquent leur vie.

Natex, préservatifs, Brésil

Crédit photo: Flickr – Agência de Notícias do Acre

Ces ouvriers sont tous des locaux qui vivent dans la région, et beaucoup d’entre eux travaillent depuis des générations, suivant pour la plupart la lignée de leurs ancêtres.

Natex fait vivre Xapuri

L’usine Natex, inaugurée en avril 2008 et gérée par le gouvernement, est basée à Xapuri, où Chico Mendes a été assassiné. Une fois le latex récolté dans l’hévéa, il est amené à l’usine afin qu’il soit transformé en préservatifs. “Notre usine de préservatifs, outre le fait de garantir un juste prix pour le caoutchouc, emploie des centaines de personnes”, explique un ouvrir à Reuters. “Elle donne au monde un produit, le préservatif, qui sera très présent à Rio, pour lutter contre le SIDA et aider à contrôler les naissances.”

Le rôle national de Natex est de distribuer environ 100 millions d’éco-préservatifs dans la majeure partie des régions du Nord et du Centre du Brésil, ce qui représente 20 % de la demande nationale.

Natex, préservatifs, Brésil

Crédit photo: Flickr – Agência de Notícias do Acre

Grâce aux subventions de l’État d’Acre, Natex est en mesure de payer jusqu’à deux fois plus ses seringueiros que d’autres industries utilisant également le latex “natif” comme matière première. Selon The Rio Times, Natex privilégie non seulement l’extraction durable du latex naturel, mais elle veille également à offrir de meilleures conditions de vie aux familles d’ouvriers de la région, notamment en investissant dans des panneaux solaires pour les maisons et en construisant des équipements sanitaires de base qui étaient auparavant inexistants.

Natex, préservatifs, Brésil

Crédit photo: Flickr – Agência de Notícias do Acre

Natex, préservatifs, Brésil

Crédit photo: Flickr – Agência de Notícias do Acre

Natex, préservatifs, Brésil

Crédit photo: Flickr – Agência de Notícias do Acre

Natex, préservatifs, Brésil

Crédit photo: Flickr – Agência de Notícias do Acre

42 préservatifs par athlète aux JO

Le Ministère de la Santé brésilien distribue traditionnellement des millions de préservatifs gratuitement à l’occasion de grands événements, notamment pendant le carnaval de Rio. Pour les jeux olympiques, 450.000 de ces 9 millions de préservatifs gratuits seront distribués par le Comité international olympique aux athlètes au village olympique. C’est pas moins de 42 par personne ! Entre deux compétitions, on ne s’ennuie pas au village olympique…

Les 8,5 millions de préservatifs restants seront offerts à tous les visiteurs venus assister aux Jeux Olympiques qui débuteront le 5 août prochain et prendront fin le 21 août.