Accueil Droits des animaux Cambodge: mort d’un éléphant qui transportait des touristes sur son dos

Cambodge: mort d’un éléphant qui transportait des touristes sur son dos

39
0
PARTAGER
Sambo, Éléphant mort, Touristes

Au Cambodge, un éléphant du nom de Sambo est décédé d’une crise cardiaque, après avoir baladé des touristes pendant 40 minutes sous un soleil de plomb.

Alors que les promenades à dos d’éléphant font partie des 10 attractions touristiques les plus cruelles pour les animaux, il est courant, dans certains pays d’Asie notamment, que cette pratique soit encore pratiquée, pour faire découvrir aux touristes le paysage sous un œil nouveau. Voyager peut se faire de tellement de manières différentes de nos jours, qu’il apparaît ridicule d’accepter de faire ce genre de balade, surtout quand on sait comment l’éléphant a été traité dans son enfance pour se faire dresser. La mort de l’un d’entre eux, il y a quelques jours au Cambodge, prouve bien l’horreur que subissent ces pauvres bêtes…

Des conditions de travail insupportables

L’éléphante Sambo travaillait depuis 2001 au Cambodge, sur le site touristique d’Angkor Wat. Âgée d’une quarantaine d’années, elle a porté dans sa vie de nombreux touristes sur son dos, mais ses derniers clients lui ont été fatal. Comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, elle s’est effondrée sur le sol après une dernière balade. Les éléphants d’habitude si majestueux dans la nature sont ici considérés comme de simples moyens de transport simplement dans le but de s’enrichir de ce commerce.

Éléphant, Mort, Chaleur, Touristes

Crédit photo: Facebook – Yem Senok

Les conditions de ce “travail” sont extrêmement pénibles pour ce mammifère: transporter du poids sous une chaleur accablante, sous la menace des dresseurs, et alors qu’il n’y a pas de vent ni d’eau pour se rafraîchir, cela ne devrait pas être légal. D’ailleurs, faire travailler n’importe quel animal devrait être puni par la loi autant que le braconnage ou la maltraitance. Si le propriétaire de Sambo (Oan Kiri) se dit triste de sa perte, on peut se poser des questions sur le traitement qu’elle a subi depuis son enfance: elle n’avait pas l’air d’être nourrie à sa faim…

De vives réactions chez les internautes

Les photos publiées par Yem Senok sur Facebook ont suscité beaucoup d’émotions au sein de la communauté du Web. Les défenseurs des animaux se sont exprimés pour dénoncer l’ignorance des touristes, qui payent encore pour ce genre de balade, et les mauvais traitements infligés aux éléphants. Une pétition tourne d’ailleurs sur le réseau social pour que ce genre d’activité cesse dans les pays. Elle a déjà recueilli plus de 51.000 signatures.

Crédit photo principale : Facebook – Yem Senok

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz