Accueil Culture Protéger naturellement son potager des maladies et ravageurs

Protéger naturellement son potager des maladies et ravageurs

327
PARTAGER
Potager, insectes

Pour un potager sain et durable, usez de prévention et de méthodes naturelles !

Prendre soin de ses cultures relève tout d’abord de la prévention avec par exemple l’insertion d’un hôtel à insectes favorable à la biodiversité, la pratique de la rotation des cultures qui évite l’appauvrissement des sols, l’association judicieuse des légumes ou la mise en place de voiles anti-insectes.

Du reste, il n’est pas nécessaire d’user de produits chimiques pour avoir un beau jardin et de belles récoltes. L’utilisation de produits naturels a fait ses preuves, représentant un véritable bénéfice tant pour l’environnement que pour les êtres vivants, y compris les hommes !

Quelles solutions contre les attaques de ravageurs et de maladies ?

En fonction des ennemis qui menacent votre future récolte, voici quelques traitements naturels et insectifuges (action répulsive) et non insecticides, le but n’étant pas de tuer les insectes ! Aiguisez votre sens de l’observation et utilisez-les dès les premiers signes et même préventivement pour certains.

Répulsifs naturels contre les ravageurs

Contre les limaces qui dévorent vos salades et jeunes légumes, répandez du sable pour empêcher leur passage, ou placez des barrières anti-limaces écologiques.

Contre les acariens qui ternissent et jaunissent les feuilles de vos légumes, pulvérisez une décoction de tanaisie, un excellent répulsif.

Contre les chenilles et les larves de papillons qui trouent les feuilles de vos choux, fraises, pommes de terre et légumes à feuilles, répandez du purin de plantes ou pulvérisez une infusion d’absinthe ou de tanaisie.

Contre les fourmis qui s’attaquent aux troncs de vos arbres fruitiers ou aux tiges de vos tomates ou haricots, plantez de la lavande à proximité et/ou déposez du marc de café au pied de chaque plant.

Potager, tomates

Crédit photo: Pixabay – ludo38

Pour repousser les doryphores, ces insectes au dos rayé réputés pour anéantir les cultures de pommes de terre, plantez du lin annuel autour du carré de pommes de terre et/ou effectuez un paillage de menthe sauvage entre les pieds de vos plantations.

Pour repousser les petites mouchettes blanches (ou aleurodes) qui pullulent sur vos tomates, poivrons ou encore légumes feuilles, provoquant des tâches nécrotiques sur les feuilles, pulvérisez une décoction d’absinthe, de consoude ou de tanaisie.

Contre les pucerons qui s’attaquent à la plupart des légumes mais aussi aux arbres fruitiers, fleurs et autres rosiers, plantez des pyrèthres à proximité et/ou mélangez 1 cuillère à soupe de savon noir dans 1 litre d’eau puis vaporisez.

Fongicides naturels contre les maladies

Les haricots, pois, fraisiers, melons ou encore courgettes peuvent être soumis à l’anthracnose. Celle-ci provoque des tâches brunes à rouges virant au noir. Pulvérisez du purin de prêle ou du soufre.

Pour les légumes et fleurs qui souffrent d’oïdium, reconnaissable par un feutrage blanc recouvrant les feuilles, il peut finir par attaquer toute la plante. Vaporisez du purin de prêle ou du soufre.

Pommes de terre, vignes, tomates ou aubergines sont sensibles au mildiou, présentant dans un premier temps des tâches claires sur les feuilles et un feutrage blanc au-dessous, le mildiou s’attaque ensuite à l’ensemble du pied et les fruits et légumes finissent par pourrir. Vaporisez du cuivre (bouillie bordelaise) ou du purin de prêle et bannissez l’arrosage intensif qui favorise la maladie.

Les légumes, arbres fruitiers et vignes peuvent attirer la pourriture grise (ou botrytis), le botrytis provoque des tâches brunes à grisâtres sur les feuilles et un feutrage blanc au dessous. Dispersez de la poudre de roche.

Enfin, pour les légumes, aromatiques et autres arbres fruitiers souffrant de rouille, caractérisée par des pustules sur le feuillage, la rouille affiche des variations de couleurs allant du blanc au noir selon les variétés affectées. Pulvérisez une décoction de prêle ou encore du purin d’ortie ou de consoude.

Crédit photo principale : Flickr – ADT 04