Accueil Énergie solaire Une centrale solaire construite sur le site de Tchernobyl

Une centrale solaire construite sur le site de Tchernobyl

228
PARTAGER
Tchernobyl
Panneaux photovoltaïques du site - Crédit photo : Genya Savilov

3 800 panneaux photovoltaïques ont été installés à seulement cent mètres du réacteur à l’origine de la tristement célèbre catastrophe nucléaire de Tchernobyl.

Une centrale solaire en construction à Tchernobyl

Une centrale solaire est en pleine construction en Ukraine, sur le site de l’ancienne centrale nucléaire. Il s’agit là d’une solution pour redonner vie et rendre utile cette zone laissée à l’abandon depuis la catastrophe nucléaire survenue en 1986. La société germano-ukrainienne qui est actuellement en charge du projet est nommée Solar Tchernobyl. Elle vient d’installer un total de 3 800 panneaux photovoltaïques à seulement cent mètres du réacteur nucléaire ayant causé la catastrophe.

Une vidéo AFP présentant le projet de centrale solaire :

La dernière étape de ce projet permettra de fournir de l’énergie propre à un peu plus de 2 000 appartements. Le site Futurism ajoute que la société souhaite multiplier la production totale du site par cent dans un avenir proche. De quoi redonner une forte utilité à un lieu abandonné depuis plus de trente ans.

Le site de Tchernobyl sera inhabitable durant 24 000 ans

Selon le gouvernement ukrainien, la ville de Tchernobyl ne redeviendra jamais ce qu’elle était. En effet, il estime qu’il faudra au site 24 000 ans pour que le lieu (et les 2 000 kilomètres de rayon qui l’entourent) redevienne habitable sans aucun risque. Ainsi, le site a retrouvé une fonction utile et écologique en devenant le lieu de production d’une importante quantité d’énergies renouvelables.

Tchernobyl
Tchernobyl aujourd’hui – Crédit photo : Amort1939 – Pixabay

En 2016, un dôme a été posé sur le réacteur, ayant entraîné une baisse importante de la contamination. Selon les données rendues publiques, la radiation aurait été divisée par dix. Mais les panneaux photovoltaïques n’ont pu être installés à même le sol. Il a donc fallu couler une base en béton pour fixer les panneaux. Avec un coût total d’un million d’euros, cette opération devrait être amortie dans les sept années à venir.