Accueil Pollution L’association Agir pour l’environnement dénonce l’empreinte carbone du Paris-Dakar

L’association Agir pour l’environnement dénonce l’empreinte carbone du Paris-Dakar

294
PARTAGER
dakar
Désert péruvien - Crédit photo : Roi Dimor - Unsplash

Le Paris-Dakar est une course mythique dont la quarantième édition a lieu cette année. Mais pour l’association Agir pour l’environnement, cet événement produit des conséquences directes et néfastes sur l’environnement.

Une empreinte carbone considérable pour cette course

La quarantième course du Paris-Dakar a débuté samedi 6 janvier au Pérou, avec la capitale Lima pour point de départ. Au total, on compte plus de cinq cents pilotes de voitures, de motos ainsi que de quads et de camions qui vont parcourir 9 000 kilomètres à travers le continent sud-américain. L’arrivée aura lieu à Córdoba, le 20 janvier prochain.

dakar
Sébastien Loeb et Daniel Elena – Crédit photo : FRANCK FIFE / AFP

Même si cette course est devenue un véritable symbole, elle reste critiquée pour son impact environnemental. Stéphen Kerckhove, le délégué général de l’association Agir pour l’environnement, explique que : « Le Dakar va émettre directement près de 40 000 tonnes de CO2 ».

Les conséquences sur l’environnement et les lieux de passage

Selon l’association, la course participerait aux changements climatiques et a des effets plus que visibles sur les écosystèmes qu’elle traverse. Les véhicules empruntent des milieux dits « fragiles » auxquels ils ne prêtent pas attention. Et ce en plus des 40 000 tonnes de dioxyde de carbone rejetées dans l’air. Par ailleurs, la ferveur que suscite cet événement chez les téléspectateurs les pousse parfois à acheter des véhicules surdimensionnés en comparaison de leurs besoins quotidiens.

dakar
Vestiges péruviens – Crédit photo : Natalie Pedigo – Unsplash

Des impacts d’autres natures ont aussi pu être observés durant cette course. Lors de leur passage au Chili, les véhicules ont détruit pas moins de 180 sites archéologiques contenant des fresques datant de plusieurs centaines d’années. Enfin, plusieurs personnes dont des enfants ont été victimes d’accidents causés par les véhicules traversant les villages. Selon l’association, les dégâts sont tels qu’il n’y a aucune logique écologique soutenue par cette course. Pourtant, l’empreinte du dérèglement climatique est bien présente et les spectacles devraient s’accorder avec la contrainte climatique actuelle et à venir.

Source :

Francetvinfo