Accueil Energie & Transport Solar Impulse 2 a traversé l’Atlantique, atterrissage réussi à Séville en Espagne...

Solar Impulse 2 a traversé l’Atlantique, atterrissage réussi à Séville en Espagne !

7
PARTAGER
Solar Impulse 2 lors de son arrivée à Séville

L’avion solaire Solar Impulse 2 a achevé la traversée de l’océan Atlantique, et fait une halte au Sud de l’Espagne !

C’est une véritable prouesse que viennent de réaliser les équipes qui chapeautent le projet Solar Impulse 2, l’avion solaire qui est depuis l’an dernier lancé dans son périple autour du globe avec pour objectif une empreinte carbone nulle. Après une année de stationnement à Hawaï, l’avion solaire qui a repris son envol en avril dernier vient d’atterrir au Sud de l’Espagne, dans la ville de Séville, avec à ses commandes Bertrand Piccard. Solar Impulse 2 réussit donc ainsi la première traversée de l’Atlantique pour un avion solaire.

“Je ne peux pas réaliser…”

“Je ne peux pas réaliser, c’est tellement fantastique”: c’est en ces mots que Bertrand Piccard, le pilote suisse de l’avion solaire Solar Impulse 2 a exprimé sa joie à la sortie du cockpit de l’avion, en communiquant avec le Prince Albert de Monaco resté toute la nuit de la dernière phase d’approche aux côtés des ingénieurs restés au centre de contrôle de l’avion à Monaco. Parti de New York le 20 juin dernier à 2h30 heure locale depuis l’aéroport JFK, Solar Impulse 2 réalisait ainsi la 15ème étape de son voyage, dont la destination finale est Abu Dhabi.

Bertrand Piccard, Solar Impulse 2, arrivée à Séville

Crédit photo: Solar Impulse 2

C’est une véritable haie d’honneur qui a accueilli Solar Impulse 2 dès son entrée dans l’espace aérien espagnol, puisque ce dernier a été escorté jusqu’à la piste d’atterrissage de l’aéroport de Séville, par des avions de chasse de l’armée ibérique. L’avion a atterri au beau milieu d’un meeting aérien, sous les applaudissements de la foule et des populations dépêchées sur place peu avant 7H40 (heure locale – 5H40 GMT) aux abords de l’aéroport de Séville au terme d’un périple de 6272 kilomètres au-dessus de l’océan Atlantique.

La rançon du succès

Première traversée transatlantique pour un aéroplane alimenté par des batteries rechargées grâce à de l’énergie issue du rayonnement solaire, la traversée du Solar Impulse 2 intrigue bon nombre de scientifiques, qui planchent un peu plus chaque jour sur des solutions innovantes pour améliorer les capacités et performances des véhicules électriques chez nos constructeurs préférés.

Pour rappel Solar Impulse 2 c’est 1,5 tonne de ferraille, dont une envergure comparable à celle d’un Boeing 747. L’avion vole à 50 km/h, mais cette vitesse n’est pas sa maximale, ayant été bridée pour des raisons de sécurité pour son premier vol autour du globe. Solar Impulse 2 est alimenté par quelques 17.000 cellules photovoltaïques logées dans chacune des faces supérieures des ailes. D’un volume de 3,8 mètres cubes, le cockpit de l’avion n’est pas pressurisé, mais dispose d’oxygène délivré par des bouteilles disposées ici et là, pour permettre au pilote (car le cockpit ne peut accueillir qu’un seul pilote à la fois) de respirer.

Selon ses concepteurs, l’appareil peut dépasser les 100 km/h, par rapport au sol, et faire des pointes à 140 km/h.

Cette absence de pressurisation est compensée par une mousse isolante qui recouvre l’ensemble du châssis intérieur de la cabine de pilotage, et qui module l’impact de températures extrêmes de l’ordre de +40 et -40 degrés Celsius.

Crédit photo principale : Solar Impulse 2

Commentaires