Accueil Biodiversité Des requins ont été découverts vivant à l’intérieur d’un volcan sous-marin actif

Des requins ont été découverts vivant à l’intérieur d’un volcan sous-marin actif

9
PARTAGER
requin, volcan

De la vie filmée dans un volcan actif proche des îles Salomon et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Voilà le genre d’endroits où les requins doivent aller pour éviter les humains de nos jours… Des scientifiques ont découvert des requins vivant à l’intérieur d’un volcan sous-marin appelé Kavachi à proximité des côtes des îles Salomon et à l’est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans le Pacifique Sud.

L’équipe financée par la National Geographic Society avait progressé lentement vers le volcan très actif durant quatre jours, en essayant de mesurer le degré de sécurité pour plonger à l’intérieur. Finalement, n’ayant pas entendu de grondement en provenance du cratère géant, ils ont décidé de plonger à l’intérieur afin de pouvoir cartographier le volcan et étudier sa composition chimique et géologique. Et peut-être même trouver la vie.

“Absolument, nous étions effrayés,” a dit l’un des membres de l’équipe, Brennan Phillips à Carolyn Barnwell du National Geographic. “Mais l’une des façons de vérifier que Kavachi est réellement en éruption est de pouvoir l’entendre, que ce soit à la surface et sous l’eau. N’importe où 16 km à la ronde, vous pouvez l’entendre gronder dans vos oreilles et dans votre corps”.

Malgré tout, ils avaient toutes les raisons d’être nerveux. Selon Barnwell, personne ne sait vraiment à quelle fréquence le volcan entre en éruption, et même quand il ne crache pas de la lave en fusion, des cendres et de la vapeur d’eau dans les eaux environnantes, il peut être extrêmement dangereux pour les plongeurs. Les plongeurs qui se sont approchés trop près du bord du volcan avaient extrêmement chaud.

Pour éviter le risque de se brûler, Brennan et son équipe ont déployé des robots submersibles munis de caméras sous-marines équipées d’appâts et de lumière dans le volcan pour qu’ils soient leurs yeux, et ce qu’ils ont trouvé fut assez extraordinaire. Des raies, des méduses, des requins marteau, des requins soyeux et un requin dormeur, tous prospérant dans l’environnement chaud, acide, et très riche en méthane, contre toutes attentes.

“Cela nous interroge sur quel type d’environnement extrême ces animaux sont adaptés. Quel genres de changements ont-ils subi? Y a-t-il seulement certains animaux qui peuvent les supporter?” se questionne Brennan Phillips.

Commentaires