Accueil Biodiversité Ce français a trouvé le produit miracle pour fertiliser les déserts

Ce français a trouvé le produit miracle pour fertiliser les déserts

11
PARTAGER
Philippe Ouaki Di Giorno

Philippe Ouaki Di Giorno est un agronome français qui a inventé des granulés permettant aux plantes d’absorber 97% de l’eau qui les arrose… contre moins de 20% habituellement !

“Le 21ème siècle c’est la guerre de l’eau”. Chaque année à l’arrivée des chaleurs de l’été, le même manège prend forme: les champs sont arrosés massivement, à longueur de journée, pour faire pousser les cultures. Sauf qu’entre 80% et 96% de cette eau est directement absorbée dans la terre, le reste profitant aux plantes. Philippe Ouaki Di Giorno, un agronome français, a compris le monde végétal depuis l’intérieur et a trouvé le produit miracle pour répondre à ce problème: il a inventé des granulés de polyter qui jouent le rôle d’un hydrorétenteur, qui serait capable de faire reverdir les déserts.

À lire aussi : Faire pousser des légumes sans eau, ce français l’a fait !

Di Giorno a travaillé sur ce concept pendant des années dans le but de stopper ce grand gaspillage… Il a inventé le polyter, des granulés organiques qui permettent aux plantes d’absorber 97% de l’eau de pluie ou d’arrosage, soit presque aucune perte. Dans ces petites billes verdâtres, on trouve un mélange de cellulose, d’engrais organique et de polyacrylate de potassium. Ces matériaux sont entièrement biodégradable et à priori sans risque pour la santé des sols.

Une fois arrosés d’eau, ces granulés absorbent l’eau comme des éponges pour grossir jusqu’à 300 fois leur taille. En les disposant autour des racines, ces dernières vont s’accrocher aux granulés, pomper l’eau qu’ils contiennent et les entraîner en profondeur.

Les plus grands groupes industriels veulent racheter le brevet à coup de millions

Cette seconde vidéo explique que depuis 20 ans, il partage son invention avec des pays où la terre est particulièrement pauvre. Ces granulés attirent la convoitise des plus grands groupes industriels, qui sont prêts à investir des millions d’euros pour racheter le brevet, mais Philippe Ouaki Di Giorno a toujours refusé de le vendre à la seule logique du profit.

Commentaires