Accueil Droits des animaux Kinessa Johnson traque les braconniers en Afrique

Kinessa Johnson traque les braconniers en Afrique

13
PARTAGER
Kinessa Johnson, Vetpaw, anti-braconnage, animaux, Afrique

Vétéran d’Afghanistan et instructrice de tir, elle protège les animaux sauvages d’Afrique

La lutte contre le braconnage en Afrique est extrêmement frustrante, aussi bien en raison des dommages irréparables que les braconniers provoquent mais aussi parce que la plupart d’entre nous restons impuissants face à ce phénomène désolant. Toutefois, ce n’est pas le cas pour Kinessa Johnson. Cette tatouée vétéran de l’armée américaine travaille pour la Vetpaw (Veterans Empowered To Protect African Wildlife), une organisation new-yorkaise qui recrute des anciens combattants des Forces armées et les met en relation avec des rangers anti-braconnage africains en Afrique de l’Est qui ont besoin de formation professionnelle et de soutien.

À lire : Le dernier rhinocéros blanc mâle a ses propres gardes du corps

L’histoire de Kinessa Johnson a récemment fait le tour du web mais elle rappelle qu’elle n’est pas un assassin, et refuse qu’on lui colle cette étiquette de “chasseuse de braconniers”. Armée de son fusil d’assaut Petra 300 WM et de son Glock 43, elle patrouille, elle et d’autres vétérans américains, avec les rangers locaux pour protéger les réserves et les parcs naturels, mais également pour les former à traquer les braconniers bien organisés, responsables de l’approvisionnement de marchandises illicites des espèces menacées. Véritable fléau, le braconnage en Afrique représenterait un réseau mafieux international dont les membres potentiellement armés sont à la fois dangereux pour les animaux mais aussi pour les touristes et les locaux.

Kinessa Johnson, Vetpaw, anti-braconnage, animaux, Afrique

Kinessa Johnson, Vetpaw, anti-braconnage, animaux, Afrique

L’association Vetpaw et sa façon d’agir peuvent choquer et diviser les opinions, mais suite aux échecs successifs des politiques locales et associations de proximité, la présence de militaires armés n’est pas indésirable. L’ONG se défend en indiquant qu’il s’agit avant tout d’une action préventive.

Pour rappel, en Afrique, près de 100 000 éléphants ont été tués pour leur ivoire en l’espace de trois ans entre 2010 et 2013.

Kinessa Johnson, Vetpaw, anti-braconnage, animaux, Afrique

Kinessa Johnson, Vetpaw, anti-braconnage, animaux, Afrique

Kinessa Johnson, Vetpaw, anti-braconnage, animaux, Afrique

Kinessa Johnson, Vetpaw, anti-braconnage, animaux, Afrique

Sources : Vetpaw, Independent.co.uk

Commentaires