Accueil Droits des animaux La contre-enquête de “Sept à Huit” sur la mort de Cecil le...

La contre-enquête de “Sept à Huit” sur la mort de Cecil le lion

7
PARTAGER
Sept à Huit, mort de cecil le lion

L’émission Sept à Huit est allée à la rencontre de Brent Stapelkamp, un chercheur qui étudie le comportement des lions. Il en dit plus sur les conditions de la mort de Cecil le lion

Tandis que le tueur de Cecil le Lion, Walter Palmer, a été blanchi cette semaine, un journaliste de l’émission Sept à Huit, Romain Bolzinger, s’est rendu au Zimbabwe pour faire la lumière sur les nombreuses zones d’ombre qui persistent. Il a consacré un long sujet à l’affaire dans l’émission du dimanche 18 octobre :

Si le gouvernement zimbabwéen affirme que Walter Palmer détenait des papiers nécessaires pour avoir le droit de chasser, il a cependant accusé l’organisateur du safari, Theo Bronkhorst, qui ne disposait pas du permis pour avoir le droit de tuer un lion sur son domaine privé.

Dans l’émission Sept à Huit, le président de la zone de conservation de la Gwayi Valley, qui délivre les permis de chasse, a affirmé que Walter Palmer ne disposait pas non plus ni de la bonne licence de chasse ni du bon permis pour tuer un lion. “Vous pouvez dire que c’est du braconnage. Moi, je peux simplement dire que cette chasse était illégale”, lance-t-il au journaliste de l’émission.

Alors, pourquoi Walter Palmer a-t-il été blanchi et pourquoi Theo Bronkhorst arrive-t-il à faire reporter sa comparution ?

Une question d’argent ?

Sept à Huit rappelle que le salaire moyen au Zimbabwe n’est seulement que de 50€. Les riches étrangers peuvent débourser jusqu’à 30.000 euros pour traquer un éléphant, 13.000€ pour tuer une girafe, ou encore 6000€ pour un zèbre. Alors est-ce que Walter Palmer a-t-il été blanchi pour une raison financière ?

Commentaires