Accueil Droits des animaux Un touriste Allemand a payé 53.000€ pour tuer un éléphant du Zimbabwe

Un touriste Allemand a payé 53.000€ pour tuer un éléphant du Zimbabwe

12
PARTAGER
elephant tué au Zimbabwe par un chasseur allemand

Après la mort du lion Cecil il y a trois mois au Zimbabwe, le plus grand éléphant d’Afrique vient d’être abattu par un touriste Allemand. Payer pour tuer des espèces animales protégées semble être toujours possible

Un nombre inquiétant d’éléphants ont été tués au Zimbabwe au cours des dernières semaines, dont le plus grand éléphant connu depuis des décennies. Un énorme éléphant mâle a été tué le 8 octobre juste à l’extérieur du parc national Gonarezhou, près de la frontière sud-africaine, par un chasseur allemand qui avait payé 60.000 $ (53.000€) pour un permis, rapporte le Telegraph. Le pachyderme de 50 ans était l’un des plus vieux du continent.

Les écologistes ont indiqué qu’avec des défenses qui pesaient environ 54 kg chacune, l’éléphant était l’un des plus grands jamais vu dans la région depuis 50 ans. Le chasseur, qui n’a pas été identifié, restait sur 21 jours de chasse qui comprenait également des léopards, lions, buffles et rhinocéros. La photo (ci-dessus) où on le voit poser avec son “trophée” a fait le tour du monde.

Louis Muller, le président de l’association des chasseurs et des guides professionnels du Zimbabwe a indiqué au Telegraph que l’éléphant n’avait pas été vu dans le pays auparavant et qu’il était plus grand que tous les cinq ou six autres “géants à défenses” tués au cours de l’année passée. Il dit que le client n’a pas réalisé à quel point l’éléphant était grand jusqu’à ce qu’il soit abattu, et il suggère que les autorités commencent à équiper de colliers les éléphants, spécifiquement ceux dont elles ne veulent pas qu’ils soient tués par des chasseurs.

Ailleurs au Zimbabwe, les corps de 26 éléphants que des braconniers avaient empoisonné avec du cyanure ont été trouvés cette semaine, rapporte l’AP. 14 autres ont été tués dans trois incidents distincts la semaine dernière et aucune arrestation n’a été menée, disent les autorités.

Trois mois plus tôt, la mort de Cecil le lion, tué par un dentiste américain au Zimbabwe, avait provoqué un tollé international parmi les défenseurs des animaux. Nous venons d’apprendre que Walter Palmer, son bourreau, ne sera pas poursuivi par les autorités zimbabwéennes.

Commentaires