Accueil Alimentation A Berlin, des frigos en libre-service pour lutter contre le gaspillage alimentaire

A Berlin, des frigos en libre-service pour lutter contre le gaspillage alimentaire

200
PARTAGER
Lebensmittelretten Berlin, gaspillage alimentaire, frigo en libre-service

En récoltant les invendus des magasins, une association berlinoise les met à la disposition des plus démunis dans des réfrigérateurs en libre-service

Chaque année, rien qu’en France, les déchets alimentaires représentent 10 millions de tonnes (!). En moyenne, les Français jettent 20 kg à 30 kg de déchets alimentaires chaque année, dont 7 kg de produits non consommés encore emballés ! Bien entendu, nous ne sommes pas les seuls à produire ce phénomène, et il peut s’interpréter de différentes manières. En Belgique, par exemple, les gens jettent l’équivalent de 174 euros de nourriture à la poubelle chaque année, et en Grande-Bretagne, un aliment acheté sur quatre est jeté…

A lire aussi : Cet homme trouve une solution pour nourrir des millions de gens gratuitement

Le gaspillage de nourriture n’est donc épargné dans aucun pays. Heureusement, des associations luttent contre ce gâchis impensable. C’est notamment le cas de Lebensmittelretten, une association berlinoise dont le nom se traduit pas “les sauveurs de nourriture”, qui a instauré un réseau de frigos pour proposer en libre service des aliments récupérés dans des magasins de la ville de Berlin. Le principe est donc simple : à côté de chaque magasin soutenant l’initiative et à certains endroits clés de la ville, directement dans la rue, des réfrigérateurs sont en libre service, tous les jours et à toutes heures.

Lebensmittelretten Berlin, gaspillage alimentaire, frigo en libre-service

Crédit – tagesspiegel.de

Comment ces frigos se remplissent, et qu’en est-il de la nourriture qu’on trouve à l’intérieur ?

Pour que ce projet fonctionne et réussisse, ces frigos ne sont pas seulement alimentés par des locaux, des touristes et des inconnus de manière aléatoire. En fait, c’est tout une organisation : 1700 bénévoles de l’association parcourent les magasins de Berlin à la recherche de vivres invendables et invendus mais toujours bons à la consommation. En seulement deux 2 ans, des centaines de tonnes d’aliments ont pu être récupérés, évitant d’être jetés et gaspillés. Ces frigos populaires ont ainsi aidé les plus pauvres à se nourrir et mieux s’en sortir.

8000 bénévoles en Allemagne

L’association Lebensmittelretten, que l’on surnomme les Foodsaver en anglais, apparaît comme une chaîne de minis supermarchés du cœur. Avec 1700 bénévoles à Berlin et 8000 dans l’ensemble du pays, l’organisation est également soutenue par un millier de supermarchés partenaires en Allemagne. Ce sont pour la plupart des cas ces établissements qui fournissent la vingtaine de réfrigérateurs, permettant de ralentir la décomposition des fruits, légumes et autres aliments. Les frigos, baptisés “FairTeiler” (littéralement, «partageurs justes»), sont remplis jusqu’à trois fois par jour.

Parmi les supermachés partenaires, la chaîne de magasins bio Bio Company est la première à avoir soutenu l’initiative.

Lebensmittelretten Berlin, gaspillage alimentaire, frigo en libre-service

Crédit – clique.tv

Pourquoi en Allemagne et pas en France ?

C’est vrai, pourquoi est-ce un véritable succès en Allemagne et pas en France ? Pourquoi les professionnels jouent le jeu Outre-Rhin, et pas dans l’Hexagone ? La réponse est malheureusement toute simple et absurde en certains points… Il n’est pas possible aux supermarchés et restaurants de redistribuer les produits non consommés et sur lesquels la date de péremption est dépassée.

Cependant, l’actualité sur le sujet est en bonne voie : même si de nombreuses grandes surfaces donnent déjà des produits alimentaires invendus à des associations (32% des dons alimentaires viennent des grandes surfaces), une soixantaine de députés souhaitent rendre cette pratique obligatoire dans la loi. C’est à dire que bientôt, les supermarchés à la surface de plus de 1000 m² pourraient être obligés de faire don de leurs invendus alimentaires encore consommables aux associations.

Quand on couple les chiffres du gaspillage alimentaire des français au niveau de chaque foyer (en moyenne 20 à 30 kg par français et par an) avec ceux des grandes surfaces (200 tonnes de déchets par grande surface et par an), les pertes sont démesurées.

Un projet de loi à suivre de près donc.

Gaspillez-vous vos aliments ?

Commentaires