Le terme « agriculture intelligente » est parfois utilisé pour désigner ce que l’on appelle plus communément l’agriculture de précision ou le « smart farming« . Quel que soit le nom utilisé, il s’agit d’une approche innovante de l’agriculture basée sur l’utilisation de technologies de l’information et de la communication (ICT, Information and Communication Technology) avancées pour rendre les différentes opérations agricoles plus efficaces, afin de maximiser les rendements des cultures, mais aussi de les rendre plus durables pour l’environnement.
La question de la durabilité environnementale concerne en effet non seulement le secteur industriel, mais aussi le secteur agricole dont l’impact sur l’environnement n’est certainement pas minime.
Aujourd’hui, en effet, nous sommes confrontés à des besoins opposés et apparemment inconciliables : d’une part, il est nécessaire d’augmenter la production parce que les besoins alimentaires mondiaux augmentent (la population mondiale s’accroît progressivement) ; d’autre part, il est essentiel d’éviter les impacts négatifs sur l’environnement.
Le modèle agricole actuellement le plus répandu est celui de l’agriculture intensive ; il peut garantir une production agroalimentaire élevée, mais il n’est malheureusement plus durable sur le plan environnemental.
Ce n’est pas un hasard si l’on propose peu à peu des modèles différents, certes plus durables, mais difficiles à mettre en œuvre à grande échelle.
L’agriculture intelligente, en revanche, semble être la bonne réponse à ces deux besoins : augmentation de la production agroalimentaire et durabilité environnementale. Voyons comment.

Tracteur et solutions en agriculture de précision

Les machines utilisées pour la plupart des travaux jouent bien sûr un rôle clé dans la durabilité du secteur agricole ; il est évident qu’elles ne peuvent être ignorées. Qu’il s’agisse d’un tracteur à chenilles, d’un tracteur vigneron, d’un tracteur à voie étroite, d’une presse à balles rondes, d’une moissonneuse-batteuse ou autre, la durabilité du secteur passe par le développement de véhicules agricoles toujours plus puissants, mais en même temps plus efficaces et produisant moins d’émissions polluantes.

Moyens écologiques et efficaces

En ce qui concerne ces dernières, les tracteurs et autres machines agricoles sont équipés de filtres à particules (FAP, un système d’épuration des gaz d’échappement destiné à réduire les poussières), de catalyseurs DOC (qui transforment les composants nocifs en substances inoffensives), de systèmes SCR (qui optimisent les processus de combustion et réduisent les émissions d’oxydes d’azote) et de systèmes EGR (qui renvoient une certaine partie des gaz d’échappement dans le circuit).
D’autre part, une plus grande efficacité – qui permet d’effectuer certains travaux plus rapidement, donc d’économiser de l’argent, mais aussi d’utiliser moins d’intrants (eau, engrais et pesticides synthétisés chimiquement) et moins de carburant – peut être obtenue grâce à des solutions modernes de smart farming (agriculture de précision), c’est-à-dire des technologies et des logiciels qui permettent d’optimiser les travaux et de les rendre plus productifs.
Parmi ces solutions, qui sont intégrées aux machines agricoles, ce qui les rend hautement technologiques, figurent principalement des applications de guidage par satellite qui permettent de cartographier les terres et de tracer les itinéraires les plus efficaces, économisant ainsi des heures de travail ; ces applications permettent également, grâce à la cartographie des sols, d’utiliser les engrais et les pesticides de manière ciblée afin d’en réduire l’usage au minimum.
L’utilisation des différentes machines agricoles est également optimisée par les technologies de gestion de flotte, appelées applications Fleet Management. Celles-ci permettent de collecter des données et des informations utiles afin de prendre les meilleures décisions, c’est-à-dire une utilisation plus ciblée et plus efficace.
Une autre technologie appliquée est le protocole Isobus, qui permet la communication entre les tracteurs et d’autres dispositifs et équipements, même s’ils proviennent de fabricants différents. L’Isobus est en fait un langage universel qui élimine toute incompatibilité entre les différentes marques. Ici aussi, il y a un avantage en termes d’efficacité.
Enfin, au-delà des technologies, il convient de mentionner qu’une plus grande durabilité du secteur peut également résulter de l’utilisation accrue de pratiques agronomiques telles que la rotation des cultures, les cultures de couverture, le remplacement des engrais chimiques et des pesticides par des produits d’origine naturelle, ainsi que de l’agroforesterie, c’est-à-dire la culture intercalaire d’espèces d’arbres avec des espèces arables.

Ne ratez pas l'actualité du monde de demain grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici