Accueil Développement durable Consommation énergétique : qu’en est-il de la pollution numérique ?

Consommation énergétique : qu’en est-il de la pollution numérique ?

175
PARTAGER
consommation
Crédit photo : John Schnobrich - Unsplash

Chaque année, on estime que la facture énergétique mondiale s’accroit d’environ 8 %. Cette donnée semble inquiéter les scientifiques, qui estiment la situation urgente. Pour eux, il faut à tout prix mettre en pratique des solutions déjà existantes.

Une pollution en constante augmentation pour le monde numérique

Il y a cinq ans, les activités d’Internet et de l’informatique en général polluaient autant que l’industrie du transport aérien. En 2025, dans environ six ans donc, le numérique polluera autant que l’ensemble du transport routier, à l’échelle mondiale. On peut dire que la consommation énergétique est la face cachée de l’univers numérique.

La pollution numérique continue de progresser – Crédit photo : Domenico Loia – Unsplash

À l’heure actuelle, la consommation d’énergie d’Internet représente 10 % de la consommation mondiale ! On estime qu’un tiers de cette énergie est utilisée par les ordinateurs, un tiers l’est par les serveurs de stockage des données et un dernier tiers est absorbé par les réseaux. Rien qu’en France, il existe plus d’une centaine de ces serveurs de stockage.

D’importants efforts pour réduire la consommation énergétique

Dans les laboratoires, les chercheurs tentent de trouver des solutions pour alléger la consommation énergétique. À l’aide d’une machine unique située à Lyon, ils sont en mesure de contrôler l’activité des serveurs. Ainsi, la consommation d’énergie peut être maîtrisée en influant sur le logiciel de gestion des serveurs. Les chercheurs ont permis d’économiser 40 % d’électricité.

Il est urgent d’agir pour réduire la consommation énergétique liée à l’informatique – Crédit photo : Luca Bravo – Unsplash

Le réseau et les milliers de kilomètres de câbles qui relient les serveurs aux utilisateurs représentent aussi une lourde consommation énergétique. Et pourtant, il serait possible de les gérer avec plus d’efficacité. Des chercheurs de l’INRIA ont mis au point Green Touch, l’Internet du futur. Ce système consomme jusqu’à 1 000 fois moins d’énergie que les systèmes standards. Mais pour l’étendre, il est nécessaire de changer le matériel. L’industrie du numérique n’est pas encore prête à réaliser cet effort.

Source :

Francetvinfo