Accueil Culture Peut-on produire de l’huile de palme sans détruire les forêts ?

Peut-on produire de l’huile de palme sans détruire les forêts ?

88
PARTAGER
Crédit photo : Sarangib - Pixabay

À l’échelle mondiale, l’huile de palme est une véritable catastrophe pour la planète. Et pourtant, en Afrique, un pays veut démontrer que l’on peut la produire sans détruire les forêts. Il s’agit du Gabon.

Une production responsable d’huiles de palme ?

À l’heure actuelle, la Malaisie et l’Indonésie sont les principales productrices d’huile de palme. Pourtant, l’arbre cultivé pour la produire est originaire d’Afrique, et non d’Asie. Au centre et à l’ouest du continent africain, des noix de palmier datant de 3 000 ans ont été trouvées par des archéologues, au cœur de la forêt, dans un lit de rivière.

Peut-on faire de l’huile de palme sans ravager les forêts ? – Crédit photo : Andy Brunner – Unsplash

Ces plantes constituent une culture de base au Gabon. Depuis des milliers d’années, les habitants font bouillir leurs fruits afin d’en extraire l’huile. Ils brûlent ensuite les coques pour se réchauffer. Par ailleurs, ils utilisent leurs feuilles pour couvrir leurs toits et concevoir des paniers. C’est sur ce savoir-faire ancestral que le Gabon souhaite s’appuyer pour lancer une production d’huile de palme durable et capable de préserver les forêts.

Le Gabon envisage une culture industrielle

Aujourd’hui, le Gabon compte deux millions d’habitants et souhaite s’équiper d’une agriculture industrielle d’huile de palme. Le gouvernement du Gabon va s’appuyer sur des études et évaluations scientifiques afin d’établir des zones de forêts à préserver, et définir celles qui seront couvertes de palmers à huile. Le pays souhaite préserver ses forêts, comme l’explique le Lee White, le directeur de l’Agence nationale des parcs nationaux du Gabon.

l'huile de palme
Le Gabon s ‘appuie sur un savoir faire ancestral pour produire de l’huile de palme – Crédit photo : Sarangib – Pixabay

Que ce soit en Asie ou Afrique, les plantations ne semblent pas prêtes à disparaître. Les pays qui produisent cette huile dépendent généralement des revenus que génère cette industrie. Cultiver des oléagineux à la place des palmiers à huile ne ferait qu’utiliser plus de terres.