Accueil Pollution La Dominique interdit les objets en plastique à usage unique !

La Dominique interdit les objets en plastique à usage unique !

645
PARTAGER
dominique
Crédit photo : Rajvinder Singh - Unsplash

La Dominique souhaite devenir la première nation au monde à résister au changement climatique. Pour y parvenir, l’île vient de prendre une première mesure conséquente : celle d’interdire le plastique à usage unique.

Le plastique et le polystyrène à usage unique interdits

La Dominique est une petite nation située dans l’est des Caraïbes, et elle est très fière de sa beauté. Ainsi, les touristes sont nombreux à s’y rendre pour profiter de ses forêts tropicales et de ses eaux turquoise. Elle endosse aujourd’hui le surnom de « l’île Nature ». La petite nation a donc décidé de protéger ce qui fait sa richesse. Et la première mesure adoptée est conséquente.

L’île de la Dominique présentée dans Le Figaro Magazine :

L’île de la Dominique va, d’ici janvier 2019, totalement interdire le plastique et le polystyrène à usage unique. Le gouvernement a expliqué au cours d’un discours que cette décision se base sur une initiative ultérieure qui visera à limiter les importations de contenants alimentaires non biodégradables. Cette mesure empêchera les restaurants et les magasins de distribuer ces objets.

La Dominique : une précurseuse

La Dominique n’est pas seulement à l’avant-garde de la lutte contre le réchauffement climatique. En été, ses eaux accueillent la plus grande population de grands cachalots en migration. La protection de ces animaux est donc l’une des raisons qui ont conduit l’île à interdire le plastique à usage unique. Si les eaux de la Dominique sont claires, il n’est pas rare de voir du plastique y flotter. Et les animaux sont curieux, surtout les plus jeunes. Il leur arrive de jouer avec les morceaux de plastique ou de polystyrène.

dominique
Crédit photo : Wikimedia Commons

Les grands cachalots vivent en famille, et peuvent atteindre l’âge de 70 ans. Mais ces dernières années, les experts ont remarqué que plusieurs jeunes n’ont pas survécu. Ils ignorent les causes de ces morts prématurées, mais ils ont conscience que le plastique et la faune sauvage ne s’accordent pas.