Accueil Recyclage Des routes construites à base de papier toilette usagé

Des routes construites à base de papier toilette usagé

363
0
PARTAGER

Les ressources de notre planète sont limitées, et plus tôt on en prendra conscience, plus tôt nous trouverons des solutions pour utiliser à bon escient le bois, le pétrole, l’or, l’aluminium et autres matières premières dont notre société abuse depuis des années.

Ces solutions passent avant tout par la modification de la façon dont nous utilisons les matières premières, mais peut également se loger dans la manière dont nous utilisons les produits fabriqués au quotidien à partir de ces matériaux de base.

Pour preuve, cette prouesse franco-tunisienne consistant à transformer les déchets de la production de l’huile d’olive en biocarburant. Une autre solution consisterait à utiliser le papier toilette usager pour construire des routes, et c’est la prouesse réalisée par des sociétés néerlandaises.

Une matière “première” en quantités exponentielles

En effet, chaque année, un européen moyen utilise pas moins de treize kilogrammes de papier toilette. Lorsqu’on fait un ratio par rapport à la population du Vieux Continent, on se rend compte du fait que l’empreinte écologique de nos besoins naturels est assez importante, et il était donc temps qu’une solution visant à revoir la manière dont nous gérons le papier toilette usagé soit trouvée.

C’est ce qu’on fait des sociétés néerlandaises, qui ont trouvé un moyen de recycler le papier toilette. Ce moyen basé sur la transformation du papier toilette en matière première pour la construction des routes, a été mise en pratique chez nos voisins, qui ont par la même réussi la prouesse de construire une route à base de fibre de cellulose.

Le premier tronçon de route à base de fibre de cellulose, long de 8,8 kilomètres. Il relie les villes de Leeuwarden et Stiens, dans le nord de la Hollande.

Le secret réside dans la cellulose

En effet, la cellulose est le principal composé du papier en général, mais surtout du papier toilette en particulier. Pour ce faire, les entreprises néerlandaises ayant participé au projet ont mis au point un procédé baptisé “Cellvation” permettant d’extraire la fibre de cellulose dans le PQ.

Par jour, ils réussiraient ainsi à récupérer du PQ 400 kg de fibre de cellulose. Une fois l’extraction effectuée, l’amas de fibre est lavé, stérilisé, blanchi et séché. Le résultat de toutes ces transformations est un composé cotonneux qui entre dans la construction des routes.

D’autres usages

Outre le fait d’entrer dans la construction de routes, le cellvation peut également produire des substituts aux isolants thermiques habituels, ou être utilisé dans la confection de tissus, mais aussi comme biocarburant.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz