Des chercheurs américains dénoncent la toxicité des e-liquides, qui contiennent en grande majorité du diacétyle, une substance jugée extrêmement nocive pour les poumons.

Alors que le mois dernier 120 médecins se disaient en faveur de la e-cigarette, le débat est régulièrement relancé quant à l’éventuelle dangerosité liée à l’usage des cigarettes électroniques. Cette nouvelle étude, réalisée par la prestigieuse université d’Harvard dans le Massachusetts (États-Unis), révèle la présence de plusieurs substances toxiques comme l’acétoïne, retrouvé dans 23 saveurs, et l’acetylpropionyle, identifié dans 46 saveurs. Et sur les 51 échantillons testés, 39 contenaient du diacétyle, soit dans 75% des cas. Tous ces composés sont susceptibles de causer des dégâts sur la santé respiratoire, mais c’est précisément ce dernier qui inquiète les scientifiques.

Utilisé comme additif pour apporter une saveur beurrée au pop-corn, ou encore une saveur de fromage à d’autres préparations, le diacélyte entre dans la composition d’une grande majorité de e-liquides aromatisés aux États-Unis. On le retrouve essentiellement dans les saveurs de bonbons, fruitées et alcoolisées. S’il est inoffensif lorsqu’il est ingéré, il n’en va pas de même en cas d’inhalation, auquel cas il peut provoquer une altération irrémédiable des poumons et être ainsi responsable d’une maladie grave nommée bronchiolite oblitérante. Certains ouvriers exposés aux émanations dans les usines de conditionnement agro-alimentaire y ont jadis été sujets.

Si la maladie n’a à ce jour été recensée chez aucun consommateur de cigarette électronique, et si les facteurs taux et temps d’exposition ne sont pas déterminés pour en apprécier l’apparition, les scientifiques américains appellent toutefois à une réglementation dans l’urgence de la composition des e-liquides.

Qu’en est-il en France ?

Dans l’hexagone, pas d’inquiétudes à ce sujet ! Les critères de qualité et de sécurité des e-cigarettes et des e-liquides sont en effet encadrés par les normes Afnor. Celles-ci excluent l’utilisation du diacétyle depuis mars 2015 en raison de sa nocivité, comme le rappelle dans un récent communiqué de presse le Professeur Bertrand Dautzenberg, Président de la Commission de normalisation. Ainsi, la plupart e-liquides français ne devraient pas en contenir, bien que ces normes ne constituent pas un caractère obligatoire. Toutefois, “les principaux fabricants français les ont déjà adoptées”, souligne le Professeur.

Choisissez des e-liquides français pour éviter ce désagrément

Comme c’est le cas pour de nombreux domaines, vous devez forcément vous renseigner sur la provenance des produits, mais également le respect de toutes les législations. Si vous n’êtes pas aussi vigilant, il y a de grandes chances pour que des substances indésirables soient disponibles, mais ce n’est pas le cas sur cette boutique.

  • Il s’agit d’un professionnel qui prend en compte toutes les normes qu’elles soient européennes ou françaises.
  • Vous avez donc des produits qui ne possèdent pas de substances cachées ou nocives pour votre santé.
  • Il est possible de les utiliser au quotidien sans être la cible d’une addiction plus ou moins désagréable et désastreuse.
  • Cette vérification s’impose si vous avez le souhait de commander via d’autres plateformes et évitez les sites étrangers.

De plus, si vous ne comprenez pas la composition des e-liquides ou si vous n’arrivez pas à la trouver, fuyez et choisissez de préférence une boutique spécialisée pour la cigarette électronique et surtout française. Prenez en compte les conditions générales de vente, les mentions légales ainsi que les étapes de la création de la société. Ce sont des vérifications indispensables afin d’être certain que le respect des règles sera au rendez-vous.

Crédit photo principale : Flickr – Ecig Click

Ne ratez pas l'actualité du monde de demain grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici