Accueil Alimentation Les sacs cabas inciteraient l’achat de malbouffe pendant vos courses

Les sacs cabas inciteraient l’achat de malbouffe pendant vos courses

283
PARTAGER
Sac cabas, courses

Les sacs réutilisables vous feraient acheter plus de produits bio, mais aussi plus de produits mauvais pour la santé

Apporter votre propre sac réutilisable au supermarché est le geste écologique à faire. Mais une nouvelle étude montre que les gens aiment récompenser leur comportement écoresponsable en achetant de la nourriture malsaine.

Des chercheurs de l’Université Duke et de la Harvard Business School ont étudié l’impact d’amener votre propre sac au supermarché en examinant les données de la liste de courses et en menant leurs propres expérimentations.

Ils ont d’abord examiné les comportements d’achat des consommateurs au sein d’un seul supermarché en Californie entre 2005 et 2007 (avant que l’Etat impose une taxe pour l’utilisation de sacs jetables), en utilisant les données recueillies par le biais des cartes de fidélité. (Grâce au fait que le magasin offre un crédit de 0,03 $ pour apporter ses propres sacs, ils ont pu identifier les acheteurs). Ils ont examiné les acheteurs les plus fréquents et se sont concentrés sur la comparaison des habitudes au sein des mêmes ménages, à savoir ce que ces consommateurs ont acheté avec un sac cabas réutilisable et ce que les mêmes personnes ont acheté quand ils l’ont oublié à la maison.

Résultat : apporter son sac au supermarché augmente les achats à la fois des aliments biologiques et ceux assimilés à de la malbouffe (ou junk food: hamburgers, frites, sucreries, chips, sodas, etc…).

Se récompenser en achetant un produit jugé néfaste sur le plan diététique

Une explication possible de cette tendance est qu’apporter ses propres sacs incite les consommateurs à acheter des aliments biologiques parce que le sac fait se sentir “vertueux”. Puis ils se récompensent avec quelque chose de malsain. Mais, contrairement aux achats bio, qui remplacent les produits classiques qu’achetaient auparavant les consommateurs, les produits “petits plaisirs” sont réalisés en tant qu’achats supplémentaires.

Les chercheurs ont constaté qu’en apportant avec vous un sac réutilisable, cela augmentait la probabilité d’acheter des produits biologiques plutôt que classiques de 13,3%, et augmentait les chances d’acheter quelque chose de malsain de 7,3%.

Un impact invisible à la caisse

L’impact sur les dépenses est négligeable. Les consommateurs ont dépensé en moyenne un supplément de 0,00154$ ou 0,0191$ par trajet au supermarché pour les produits biologiques, suivant qu’ils représentait des substitutions ou un achat supplémentaire, et 0,026$ pour les achats peu diététiques supposés supplémentaires.

Mais tout le monde n’a pas ce comportement. Les chercheurs ont également découvert que l’augmentation des achats “junk food”, ne se retrouve pas chez les parents, potentiellement parce qu’ils sont moins enclins à “se faire plaisir” que les personnes sans enfants, ou parce que le sentiment d’apporter son propre sac est encaissé par la virtuosité d’être parent, et donc, les parents ne ressentent pas la nécessité de se récompenser pour cela.

Crédit photo principale : Flickr – Michael