Phoenix, l’exosquelette qui rend la sensation de marcher

Phoenix, l’exosquelette qui rend la sensation de marcher

Le développement des exosquelettes, même s’ils restent encore très coûteux et délicats à utiliser, fait son chemin. Bientôt, ces technologies miracles pourraient se démocratiser, notamment grâce à l’exosquelette Phoenix.

Publicité

Imaginé par SuitX, une startup californienne de l’université de Berkeley, Phoenix constitue une avancée considérable dans le développement des exosquelettes: beaucoup plus performant que ces prédécesseurs, il a permis à Steven Sanchez, paraplégique suite à une chute en BMX de se tenir debout sans aucune aide.

Le Dr Homayoon Kazerooni, ingénieur en mécanique, travaille sur les exosquelettes depuis plus de 30 ans. Alors qu’ils sont destinés à un usage militaire, le docteur explique avoir centré la conception de Phoenix sur l’humain: « Nous avons élaboré cette machine avec le moins de matériel possible afin qu’elle permette simplement de marcher. » Pari tenu: pour la somme de 40.000$ – deux fois moins cher que le célèbre ReWalk – des paraplégiques peuvent marcher, comme en témoigne Steven Sanchez: « Il vous rend la sensation de marcher ».

D’autres modèles déjà développés

Phoenix n’est pas le premier exosquelette à voir le jour. En 2012, Wandercraft, une jeune startup française développe un exosquelette utilisant le principe de « l’équilibre dynamique ». Un simple mouvement de buste actionne l’engin. « On souhaite reproduire une marche la plus proche possible de la marche humaine », explique Mathieu Masselin, directeur adjoint de Wandercraft.

Outre Atlantique, l’américain Ekso Bionic avec son « Exohiker » biomécanique, destiné aux personnes atteintes de maladies neuromusculaires à déjà été vendu dans les hôpitaux et les centres de rééducation pour le prix de 130.000€. Parmi les plus grandes avancées, « HAL » est un exosquelette qui fonctionne grâce à des capteurs capables de lire les impulsions électriques des nerfs. Encore plus impressionnant, l’exosquelette robotisé « EMY » qui doit permettre aux paralysés des quatre membres de remarcher par seule commande de la pensée, grâce à un implant placé à l’arrière du cerveau.

L’exosquelette ReWalk

Publicité

Finalement, même si des béquilles sont encore nécessaire pour garder l’équilibre et que son prix reste très élevé, Phoenix est bien plus abordable que ses concurrents. Ce nouvel exosquelette sera en vente à partir du mois de mars et promet de changer la vie des personnes handicapées, enfants compris, puisque une version dédiée est actuellement en développement.

Crédit photo principale : usbionics.com


A voir aussi dans la rubrique Exosquelette
Répondre

Laisser un commentaire

Retrouvez également VivreDemain gratuitement par mail et sur votre smartphone: