Un artiste revisite un grand classique du prêt-à-chausser : les espadrilles

Un artiste revisite un grand classique du prêt-à-chausser : les espadrilles

Tommy Bernal créé des espadrilles et charentaises designs et décalées et fait appel au crowdfunding

Publicité

C’est en 2012 que le créateur Tommy Bernal, qui travaille depuis Corneilhan, près de Béziers, fonde la marque String Republic. Celle-ci revisite les chaussures traditionnelles à la manière d’une exposition d’art. Comme le raconte Tommy, qui nous a contacté pour nous présenter ses créations, que nous avons aimés, « l’idée est d’apporter des touches de graphisme à une chaussure dont le design n’avait pas changé depuis trop longtemps. »

Espadrilles, String Republic

Il a pour cela choisi deux classiques du prêt-à-chausser à savoir l’espadrille et la charentaise. L’espadrille est une chaussure légère en toile, qui se porte traditionnellement dans plusieurs régions chaudes du monde. Beaucoup, dans le sud-ouest de la France, la considèrent comme la « tong d’antan », qu’on rachète chaque année avec plaisir aux premiers rayons de soleil. De son côté, la charentaise est plutôt une sorte de pantoufle, que Tommy a su retravailler au niveau de son aspect esthétique de par ses graphismes mais aussi en lui intégrant une semelle qui lui permet d’être portée à l’extérieur. « Qui n’a jamais rêvé de sortir de chez lui sans quitter ses charentaises ? » se demande-t’il.

Le financement participatif pour faire connaître ses produits et développer son activité

Tommy a fait appel au crowdfunding (financement participatif) via la plateforme KissKissBankBank et sa campagne Join The Republic. En y investissant de 5€ à 175€, vous aurez l’occasion de lui donner un coup de main, mais pas à fonds perdus. En effet, en échange, vous recevrez un ou plusieurs produits de la nouvelle collection en avant-première (espadrilles, espadrilles enfant, charentaises, compensées). L’argent récolté va lui permettre de « développer [sa] vente en circuit court, c’est-à-dire financer le stock de départ ainsi qu’une boutique en ligne performante. Cette collecte est aussi et surtout un moyen original de présenter la marque et les produits », nous explique Tommy.

Tommy raconte pourquoi il a choisi cette formule du don au quotidien régional Midi Libre : « C’est une sorte de prévente. Cette campagne permet de rentrer de la trésorerie. Elle servira à financer le stock de départ pour l’arrivée des nouveaux produits, la création d’une boutique en ligne attractive et performante de par sa configuration et son référencement. Elle m’aidera aussi à la création et la commercialisation d’une ligne de tee-shirts et casquettes à l’effigie des meilleurs designs de la marque. »

Charentaises, String Republic

Publicité

Les espadrilles String Republic sont cousues à la main et chaque modèle est réalisé par un artiste différent venant des quatre coins du monde dans le but de bénéficier de tout le savoir-faire et du talent d’artistes reconnus dans leur milieu. En offrant ce support désuet qu’est l’espadrille à la libre expression des graphistes, String Republic donne une nouvelle chance à ce produit anciennement vulgaire et archaïque. Chaque paire de chaussures est une exposition d’art qui mêle savamment valeur sûres et jeunes talents. On y retrouve notamment le travail d’artistes comme Eboy, Sauerkids, Büro Destruct ou encore Maxibarci.

Il a également dédié une collection aux fameuses Sneakers (avec des lacets en trompe-l’œil), qu’il a nommé « artificial sneakers ».

Artificial Sneakers, espadrilles String Republic

Si vous aimez les créations de String Republic et si vous souhaitez aider Tommy à réaliser son projet, n’hésitez pas à lui faire don sur KissKissBankBank, et vous recevrez quelques-unes de ses espadrilles et charentaises. La marque produira également des T-shirts et casquettes à l’effigie des meilleurs designs de la marque. Aujourd’hui, il vous reste encore 22 jours pour l’aider.


A voir aussi dans la rubrique Créations Originales
Répondre

Laisser un commentaire

Retrouvez également VivreDemain gratuitement par mail et sur votre smartphone: