Accueil Climat Climat : l’Inde vit un été caniculaire avec à l’ombre 50 degrés...

Climat : l’Inde vit un été caniculaire avec à l’ombre 50 degrés de mercure

498
L'Inde - Crédits photo : Pixabay

Le réchauffement climatique est une réalité, qu’il n’en déplaise à certains. Cependant les effets de ce phénomène sur notre planète sont fonction du lieu où l’on vit. Puisqu’en effet si en Europe les températures sont relativement douces tout au long de l’année et les rares manifestations du réchauffement sont les incidents naturels, sous d’autres cieux, notamment en Inde, les populations font face à des pics de 50 degrés de température. Il s’agit là de la température à l’ombre.

La barre des 50 degrés a été dépassée

Le Nord et le Nord-Ouest de l’Inde sont deux régions historiquement chaudes. Elles ont par le passé alimenté les rayons de la presse du fait des température locales à certaines périodes de l’année, pouvant grimper jusqu’à 40 degrés Celsius. Cependant, à mesure que le temps passe, plus les températures y sont élevées.

Comme en juge les relevés les plus récents faisant état à l’ombre d’une température de 50 degrés. Certaines villes dépassent même largement ces température déjà à la limite de la compatibilité avec la vie humaine telle qu’on la connait.

Un été caniculaire en Inde – Crédits photo : Flickr

Churu dans l’État du Rajasthan en est l’exemple le plus patent avec lundi des relevés estimés à 50,8 degrés.

Comment expliquer une telle explosion du mercure ?

L’Inde est un pays historiquement chaud, c’est un fait. Cependant divers facteurs amplifient les températures déjà hautement élevées de certaines régions. Notamment la sécheresse des sols, qui participe à l’élévation des températures de l’ordre de 40 %.

En outre, les activités de l’Homme, notamment la conduite automobile ou la pollution liée aux déchets tels que le plastique, ou la libération du fait de l’industrie pétrochimique, d’importantes quantités de gaz à effet de serre, sont l’explication à des températures aussi folles.

La chaleur bientôt balayée par les eaux

La mousson a déjà pointé le bout de son nez dans le sud du pays, ce qui laisse présager une saison pluvieuse des plus toniques cette année.

Source :

Sciencepost